La Ville et l'ANRU

L’enjeu est de faire évoluer l'aménagement actuel du centre-ville afin de créer une véritable attractivité. Un lieu de convergence et de lien social. Le devenir de l'immeuble I3F (ex-Emmaüs ici en photo), par exemple, est au cœur des enjeux de ce projet. © Mairie de Villeneuve-la-Garenne - 2014

Projet de centre-ville : le maire décide de faire sans l’ANRU

La Ville s’est engagée depuis plus de 6 ans dans une réflexion avec les habitants sur la création d’un véritable centre-ville. La concertation ainsi menée a permis d’alimenter études et diagnostics pour préciser le projet. Récemment l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, par ses nouvelles demandes, a remis en cause la fiabilité et la viabilité du projet élaboré, faisant fi de l’expertise largement démontrée depuis 25 ans de la ville en matière de renouvellement urbain. Dans ce contexte, M. le Maire a fait le choix de quitter le dispositif ANRU2, pour ne pas retarder davantage l’avancée de ce projet attendu et promis aux habitants.

Par le passé, la Ville a déjà entrepris avec succès d’ambitieux renouvellements que ce soit sur la Caravelle, les quartiers sud et plus récemment sur la résidence des jardins de la Noue. Pionnière en la matière, elle a su porter des projets aux contours parfois atypiques intégrant de multiples bailleurs et faisant appel à des dispositifs juridiques inédits et innovants pour préserver les habitants dans ces chantiers d’envergure et améliorer leur cadre de vie.

Aujourd’hui, la transformation du centre-ville est un projet décisif pour l’avenir de la commune, sa qualité de vie et son attractivité. Ce nouveau projet urbain mûri de longue date par la Ville, et présenté lors du Forum ma ville mon quartier en novembre dernier, est le résultat d’une démarche concertée depuis 2011 et d’une réflexion aboutie. Ce projet se concrétisera notamment par la démolition de l’ensemble I3F (ex-Emmaüs) pour laisser place à un nouveau cœur de ville faisant la part belle aux piétons et accueillant une médiathèque au concept audacieux, des services publics et une nouvelle offre commerçante. Le marché de centre-ville fera lui aussi l’objet d’une transformation pour devenir plus accueillant, plus fonctionnel, intégrant en étages de nouvelles fonctions. Pour accompagner cette transformation urbaine et la construction de nouveaux logements, la Ville souhaite aussi intégrer en centre-ville un nouveau groupe scolaire compact, porté par une stratégie autour de l’apprentissage des langues.

Face à l’attitude de l’ANRU, la Ville décide de garder la main

Malgré la vingtaine d’études conduite récemment à la demande de l’ANRU pour préciser le projet, la commission du 13 décembre, réunie en vue d’un conventionnement prochain, a estimé qu’après 6 ans d’élaboration, celui-ci n’était finalement pas encore assez convaincant et qu’il fallait retravailler calendrier, financements et moyens ! Ces conclusions remettent en cause la capacité de la Ville à rester maître de ses projets et à décider de son avenir, ce que cette dernière ne peut admettre. En quittant le dispositif de l’ANRU, M. le Maire a ainsi fait le choix d’honorer les engagements pris par les élus pour la réalisation d’un projet construit ensemble et qu’il compte mener à bien. En effet, la Ville se fait fort d’aboutir aux résul résultats attendus en mobilisant de nouveaux partenaires et de nouveaux moyens.  

En chiffres

Ce nouveau programme va accompagner la requalification de 450 quartiers parmi 1500 quartiers prioritaires identifiés par la politique de la ville à l’échelle nationale. 200 de ces quartiers sont déclarés d’intérêt national, dont celui de Villeneuve-la-Garenne, la nécessité d’une intervention de renouvellement urbain y étant primordiale.

« La politique de la Ville est un projet de territoire, une histoire. Il faut continuer à agir ensemble pour faire émerger encore des idées et des actions, et continuer à lui donner du sens et de l'ambition pour garantir à chacun de se construire dans les meilleures conditions. »

Alain-Bernard Boulanger, maire de Villeneuve-la-Garenne